Apport immobilier

La possession d’un bien immobilier est un objectif commun à de nombreuses personnes. Devenir propriétaire est une étape qui présente bien d’avantages, notamment le fait de n’avoir plus à payer de loyer. Comme l’achat d’un bien immobilier implique un grand investissement, la plupart des acheteurs contractent un prêt immobilier pour effectuer cette transaction. Se basant sur de multiples critères, les banques imposent certaines conditions pour octroyer ce genre de prêt. L’apport immobilier constitue l’une de ces conditions. La connaissance de ce qu’est l’apport personnel revêt une importance capitale pour agir de façon avisée. Pour en savoir plus sur le sujet, consultez le site Immoz Info.

L’apport immobilier ou apport personnel, une brève définition

L’apport personnel est une somme d’argent apportée par un acheteur dans l’achat d’un bien immobilier afin de bénéficier d’un crédit immobilier. Par convention, il s’exprime en pourcentage par rapport au prix total du bien immobilier concerné. Cet apport étant un critère décisif, les acheteurs qui n’en proposent pas ont peu de chance de se procurer le bien qu’ils convoitent. 

Y a-t-il un taux minimum pour un apport immobilier

Pour le moment, aucune loi n’a défini un taux minimal pour les apports personnels. Cependant, les banques exigent un taux de 10 % à un demandeur de prêt. La somme investie par l’acheteur servira à couvrir les dépenses supplémentaires au prix exact du bien immobilier. C’est l’apport immobilier de l’acheteur qui couvre les frais de notaires, d’agence, de cautions et de garanties. Connues pour être très prudentes, les banques ne veulent pas que l’argent du prêt participe au règlement de ces frais divers. La somme correspondant à l’apport immobilier varie donc avec le prix du bien immobilier considéré. Si une maison coûte 350 000 €, un acheteur potentiel devrait avancer au minimum la somme de 35 000 € comme apport.

Peut-on payer un pourcentage plus élevé d’apport immobilier ?

La réponse est un grand oui. C’est d’ailleurs le rêve de toutes les banques. Dans le raisonnement d’un banquier, un acheteur offrant un apport personnel à un taux supérieur à 10 % jouit vraisemblablement d’une situation financière stable. La banque sera donc plus confiante à lui accorder un prêt immobilier. Avec un apport de 20 % par exemple, il y a peu de chance qu’un acheteur se fasse refuser une demande de prêt immobilier. Face à ces rares acheteurs, les offres des banques peuvent même devenir plus flexibles. Les mensualités peuvent devenir négociables, ce qui procure un grand avantage. Les dossiers des clients apportant plus de 20 % d’apport immobilier sont la priorité des banques. Ce type de client a le plus de marge de manœuvres dans la négociation d’un prêt immobilier.

Comment réunir la somme pour constituer un apport immobilier ?

Vu l’importance d’un apport personnel, il est important de réunir cette somme d’argent. Vendre un bien immobilier, réaliser un prêt entre particuliers ou emprunter de l’argent auprès de la famille sont autant de moyens pour avoir la somme correspondante à un apport immobilier. Bien sûr, les banques ne vont se préoccuper de l’origine de l’argent tant que celle-ci est propre.

Est-ce possible d’avoir un prêt immobilier sans apport personnel ?

La réponse est oui, un acheteur peut bénéficier d’un prêt immobilier même sans apport. Faire un prêt dans cette condition expose cependant l’acheteur à quelques désavantages. Les banques définissent un taux d’intérêt et une mensualité plus élevés pour les clients qui n’offrent pas d’apport personnel. De plus, ils examinent minutieusement tous les détails du dossier de tels clients. Dès qu’il y a une irrégularité de situation financière, une demande peut être refusée dans ce contexte. Ainsi, il vaut toujours mieux disposer d’un apport immobilier pour effectuer une demande de prêt immobilier.