Financer son achat immobilier

Souhaiter devenir propriétaire est une aspiration noble et louable. Il est en effet essentiel d’offrir à ses proches et à soi-même la sécurité du logement. Toutefois, cette excellente initiative requiert une préparation minutieuse. Pour financer son bien immobilier, il faut mobiliser des moyens financiers conséquents. Donc, la recherche des moyens de réduction des frais n’est absolument pas superflue. En cas d’un recours au crédit immobilier, il serait plus intéressant de le rembourser en toute sérénité. 

Comment bien financer son bien immobilier ?

Comme pour tout projet, financer son achat immobilier nécessite une bonne préparation en amont, parfois même sur plusieurs années. Dans un premier temps, il s’agit notamment de décider de son moyen de financement. Doit-on financer, entièrement ou en partie, son bien avec un crédit immobilier ? Quel serait la proportion de l’apport personnel ?  A ce stade, il est important de noter que les banques sont plus sensibles aux acquéreurs qui mettent généreusement la main à la poche. Par ailleurs, il est crucial de bien calculer son budget. Quelles mensualités allouer à son achat ? En évitant bien-sûr de tomber dans le piège de l’évolution supposée à double vitesse de ses revenus. Pour financer son achat immobilier, il est recommandé de privilégier un taux d’endettement qui n’excède pas les 33 % de ses revenus.

Pour réduire d’un certain montant cette facture qui peut être sacrément salée, il est judicieux de faire le tour des aides avant même d’aller à la banque. En effet, en fonction de la situation du potentiel acheteur, il existe des prêts aidés qui donnent droit à plusieurs avantages. C’est le cas du Prêt à taux zéro (PTZ), sans intérêt et pris en charge par l’État, accordé pour l’achat d’une première résidence principale. Une bonne opportunité à saisir pour s’offrir un logement. Les informations sur ce type d’aide peuvent être obtenues auprès de la mairie et de l’ANIL.

Autre élément important pour bien financer son achat immobilier, le choix de la banque. A ce niveau, certains acheteurs se tournent simplement vers leur établissement bancaire. Pourtant, celui-ci ne propose pas toujours le meilleur taux de crédit pour financer son bien immobilier. Il est donc conseillé de faire jouer la concurrence en prospectant plusieurs banques ou en prenant conseil auprès d’un courtier. Au-delà du taux de crédit, d’autres composantes doivent également être analysées de près. Il s’agit par exemple des modulations des échéances et remboursements anticipées, des frais de dossier, du coût de l’assurance et des garanties demandées. Consultez le site Immoz Info pour en savoir plus sur le financement d’un bien immobilier.

Quel taux de crédit choisir ?

Pour bien financer son achat immobilier en faisant recours à un crédit, l’enjeu consiste bien évidemment à trouver le taux d’intérêt le plus bas, afin de réduire au maximum le coût total du crédit et les mensualités. A ce niveau, deux options sont offertes : le taux d’intérêt fixe et le taux d’intérêt variable. Dans le cas d’un prêt à taux fixe, celui-ci est définitivement fixé au moment de la signature du contrat. Le coût total du crédit et les mensualités ne changeront pas.  A contrario, le taux variable est appelé à fluctuer en fonction de l’évolution des taux sur le marché financier. Une fluctuation qui peut être positive ou négative. Ainsi, pour financer son achat immobilier en évitant les conséquences qu’une hausse brutale du taux peut avoir sur le total à rembourser, il est primordial de vérifier que des garde-fous sont offerts par la banque qui propose ce prêt à taux variable. Elle doit en outre joindre dans son offre de prêt, différentes simulations qui permettent de mettre en lumière les éventuels impacts d’une augmentation sévère du taux de crédit. A noter que, plus le crédit s’étend sur une longue période, plus son taux et son coût son élevés. Il est donc préférable de limiter au maximum la durée de remboursement du crédit. Bien que cette façon de faire augmente les mensualités à verser, il présente un gain financier sur le long terme.

Toujours au rang des choix à effectuer, la garantie et l’assurance ne sont pas non plus à négliger quand on souhaite financer son achat immobilier. Niveau garantie, il faut choisir, en fonction de ce qui semble le plus approprié, entre l’hypothèque ou la caution d’un organisme spécialisé et le privilège du prêteur de deniers. Quant à lui, le contrat d’assurance décès-invalidité-incapacité assortie au crédit immobilier permet de garantir le remboursement du crédit en cas d’accident grave ou de décès. Pour limiter la mensualité de l’acquéreur, les contrats d’assurance sont ouverts à la concurrence depuis 2014 et l’assurance du prêt peut être changée dans un délai d’un an.

Il est important de retenir que, pour bénéficier d’un prêt et financer son achat immobilier, il faut jouir d’un bon profil en la matière. Il s’agit en substance d’avoir : peu ou pas de crédit de consommation, des comptes bien tenus, un contrat de travail pérenne et un apport personnel.